Les instruments de musique traditionnels japonais 和楽器

Mélodies japonaises : 5 instruments emblématiques

La musique asiatique et tout particulièrement japonaise possède des histoires et des sonorités propres. Le pays du Soleil levant est riche en instruments de musique traditionnels, ayant traversé les siècles jusqu'à nous et qui participent à son identité et sa culture. Découvrez cinq instruments de musique traditionnels qui ont rythmé l'histoire de l'archipel japonais.

  • Shamisen (三味線)

Avec sa grande richesse de timbres, le shamisen ("trois cordes parfumées"), est un instrument à cordes pincées. 

Dérivé d'un instrument de musique chinois, le sanxian, le shamisen est très présent dans l’art du spectacle japonais. Il rythme les pièces de Bunraku, de Kabuki et devient l’instrument phare des geishas, qui bien souvent chantent également.

L’introduction du shamisen sur l’archipel japonais remonte au 16ème siècle à Okinawa, c'est-à-dire au début de l’époque Edo (1603-1868). 

Ce petit luth au manche long et fin est constitué de trois cordes de nylon ou de soie. La caisse de résonance, de forme carrée, est traditionnellement confectionnée en bois de santal et recouvert de peau tendue... de chat, de chien ou bien de serpent.

Cet instrument à corde mesurant entre 1m et 1m50 est souvent comparé avec le banjo américain.

shamisen

Des shamisen

By Midori - Own work, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=3385980

  • Biwa (琵琶)

Luth à manche court, à quatre cordes et au corps peu profond et arrondi, le biwa est l'instrument de prédilection de la déesse de la musique et de la poésie, Benzaiten. Il fut introduit au 8èm siècle lors de l'arrivée des influences chinoises, et son style évoluera au fil des époques. La mélodie du biwa a longtemps accompagné contes et récits de guerre. Il est maintenant devenu un instrument traditionnel rare et cher, du fait de sa confection pointue : il est taillé dans une seule pièce de bois. Sa maitrise demande de nombreuses années de pratique...

Cet instrument a donné son nom au lac Biwa, le plus grand lac du Japon, à cause de la ressemblance de la forme du lac avec sa silhouette.

biwa

Biwa

By Kazuhisa OTSUBO - Flickr: Japanese lute / 琵琶, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=27028657

  • Taiko (太鼓)

Le terme taiko englobe une large gamme d’instruments à percussion dont la taille et le style peuvent varier en fonction de la région. Le mot taiko signifie tout simplement "tambour" en japonais.

Déjà représenté sur les haniwa - figurines en terre cuite dans les sépultures de la période Kofun (250-538) - l’incroyable puissance du taiko ou wadaiko ("tambour japonais") - fut utilisée pour marquer le pas des troupes pendant les batailles, puis pour les représentations de théatre Nô et les festivals traditionnels. 

Depuis le 20ème siècle, le taiko est un des instruments japonais le plus connu à l'international, où il est très pratiqué. De nos jours, il n'est pas rare de voir et d'entendre du taiko pendant les matsuri. La pratique du taiko demande un travail corporel important, c'est pourquoi il est souvent considéré au Japon comme un art martial ou une danse.

taiko

Joueur de taiko

By Elijah van der Giessen from Edmonton, Canada - Flickr.com - image description page, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=343553

  • Shakuhachi (尺八)

D'abord utilisé pour le Gagaku - la musique de Cour - le shakuhachi devient au 13ème siècle un instrument religieux que seuls certains moines sont autorisés à jouer. Conçue en bambou, cette longue flute droite d'environ 50 cm comporte 5 trous et un bord biseauté. Elle produit un son très représentatif des sonorités japonaises.

Plus tard, le shakuhachi devient très populaire et fréquemment utilisé pour des solos, ou aux côtés du koto et du shamisen. On peut même retrouver le shakuhachi dans la musique contemporaine.

Shakuhachi

Joueur de Shakuhachi

By Dmitri Shvetsov - Contact us/Photo submission, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=6048646

  • Koto (琴)

Le koto fait son entrée à la Cour impériale japonaise à l’époque Nara (710-794). L'instrument, quelque peu encombrant, est une longue cithare à cordes pincées de près de 2 mètres, posé horizontalement. Il est possible de jouer de cet instrument en étant assis ou debout. Les cordes, au nombre de 13, sont fabriquées en soie et se pincent avec des grattoirs. Il existe maintenant des variations du koto, notamment avec plus de cordes, ou de plus petites tailles.

Surnommé "harpe japonaise", le son lyrique du koto se mêle aux shamisen, shakuhachi, et percussions, pour accompagner les pièces de Bunraku ou de Kabuki.

Koto

Le koto japonais

By Smgregory, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=2539413

Nos derniers articles

Une rue animée au Japon

Tatemae, l'art de dissimuler ses véritables pensées au Japon

Le tatemae et son pendant le honne, deux concepts qui régissent les interactions sociales au Japon. Un comportement qui peut dérouter les occidentaux et sembler hypocrite.

Fusuma floraux du temple Shoren-in à Kyoto

Fusuma : les cloisons coulissantes traditionnelles japonaises

Les fusuma sont des parois coulissantes opaques utilisées dans l'habitat traditionnel japonais pour redéfinir l'espace d'une pièce ou servir de porte.

Un bain japonais en bois

Ofuro : le bain japonais traditionnel pour la santé et le bien-être

L'ofuro, aussi appelé furo ou bain japonais, est un rituel ancestral de la culture nippone.

Voir tous les articles (305)